Voir la galerie
Musique

01 Sep | 19h - 23h

LE COUSCOUS CLAN

FÊTES DE CLÔTURE

Rodolphe Burger & Rachid Taha

Friche la Belle de Mai - Toit-terrasse,
Marseille

  • Entrée Libre

Les Couscous Clan, c’est d’abord une amitié, entre Rodolphe Burger et Rachid Taha, qui a donné lieu à un duo, « l’Arabécédaire », sur l’album No Sport de Rodolphe Burger.

Les premiers concerts (officieux) du Couscous Clan ont lieu dans des bars de Nanterre, et sont précédés de projections de la collection de scopitones de Rachid Taha.
Un concert surprise à Sainte-Marue-Aux-Mines, lors du festival C’est dans la Vallée, en 2013, dans le bar « chez Mehdi », crée la légende.

Le Couscous Clan sort de la clandestinité et célèbre son coming out sur le toit du Théâtre de Vidy, à Lausanne, à l’invitation de Vincent Baudriller, son nouveau directeur.

La politique du Couscous Clan est clair : pas de demi-mesures. La formation a pour ambition que chacune de leurs représentations, des petits concerts à l’improviste aux grands évènements, des petits bars aux grandes scènes, soit dotée d’un parfum d’émeute joyeuse..

En savoir plus

« Derrière  le  nom  du  groupe  « Couscous  Clan »  (…)  pas  la  moindre  allusion  au  Turlututu  chapeau pointu ! Non, mais à une musique ne faisant point mystère de sa volonté d’entraîner ses zélateurs ou de simples coopérateurs à sa suite, ainsi que de faire voler en éclats en cas de besoin les partis pris des plus réfractaires. (…) À la lumière des particularités des chanteurs Rachid  Taha  (le  découvreur  du  rock’n’raï)  et  Rodolphe  Burger  (lui  aussi  titillé  par  le  rock,  mais à consonance française, également guitariste), il n’est nul besoin d‘être grand clerc pour subodorer  ce  que  fut  le  déroulement  du  concert.  D’autant  plus  qu’Hakim  Hamadouche  (mandole),  Kenzi  Bourras  (claviers),  Julien  Perraudeau  (basse),  et  Alberto  Malo  (batterie), n’arrivaient pas en complément pour les utilités. Ils ont tous montré leurs muscles au travers d’une musique généreusement baignée d’apports divers, dans un registre très orgiaque, où les rythmes  à  forte  intensité  ont  abondé,  et  les  grosses  brassées  empathiques  expédiées  à  un  public n’attendant que ça pour communier physiquement. (…) »
Michel Poiriault , 27 juin 2015 – Info Chalon

Vous aimerez aussi...

Arts Visuels Atelier Cuisine Exposition Musique Rencontre

01 Sep | 10h - 00h

JOUR 2

FÊTES DE CLÔTURE

Il est temps de conclure

Marseille,
Marseille